Tout le monde dehors !

L’idée

Une tragédie. Des lieux incongrus. Une heure. Quatre comédiens. La compagnie « Tout le monde dehors ! » est née en 2007 du désir de comédiens passionnés et téméraires de faire entendre le théâtre classique au plus grand nombre.

Pour retrouver un public loin des salles de théâtre, loin de Racine, Shakespeare, Corneille ou Hugo, loin des classiques versifiés préjugés incompréhensibles, il faut aller vers lui.

Alors bousculer les protocoles, redescendre dans la rue avec à coeur l’idéalisme de la culture pour tous. Toute la culture pour tous. Le thème du théâtre populaire est une piste de réflexion pour beaucoup d’acteurs de la vie théâtrale aujourd’hui, elle est aussi la nôtre. Revenir sur la définition de cet adjectif: « populaire » galvaudé, méprisé, ravalé au rang ce « ce qui plaira à la masse avec le moins d’efforts possibles »… Nous ne sommes pas d’accord. Nous affirmons que tout le monde peut faire le choix du théâtre et non que le choix est déjà fait sur des critères hasardeux, que le public possède un réel pouvoir critique : la voilà notre ambition démesurée, nos moulins à combattre.

Se préoccuper de culture et d’art vivant aujourd’hui pourrait paraître dérisoire au regard des crises plus profondes que nous côtoyons de très près ou de trop loin. Mais nous voulons affirmer que les facultés de réunir, d’émerveiller, de créer ensemble, de raconter des histoires, sont fondamentales.

Réaffirmer la liberté de tous face à la culture, à la création.
Depuis 2007, beaucoup se sont arrêtés sur un trottoir, un banc, un bout de tissu… Intrigué, ému, bavard, encourageant, le public croisé fait partie de la compagnie « Tout le monde dehors ! ».
Sans coulisses ni distance, il arpente nos loges invisibles et notre espace de jeu. Acteur lui aussi de notre aventure.Les tragédies classiques parce que… c’est beau, simple et grandiose. Pour les émotions fortes, vibrantes et rares. Donner à entendre avec les yeux à un moment incongru, fortuit, volé, cette langue riche et pure. Nous avons travaillé ces oeuvres dans leur vivacité, avec l’énergie de la rue, trouvé les échos de ces grandes histoires dans le bitume et notre modernité.Mettre les pieds de la passion sur l’asphalte.C’est beau et violent. Ça vous attrape à l’âme et au cœur.Et faire se rencontrer, se croiser, les passants et les rois, les pavés et les rimes, notre quotidien et un peu de sublime.

Emilie Noé