HERNANI BY NIGHT

Pourquoi?

Affiche Hernani 4 - en coursDepuis 2007, la compagnie Tout le monde dehors ! met les textes classiques dans la rue. Après Racine, Corneille et Shakespeare : Victor Hugo avec Hernani. Avec cette création, la compagnie souhaite donner une nouvelle dimension à son investissement de l’espace public en proposant un spectacle déambulatoire nocturne.

La volonté de la compagnie de s’inscrire davantage dans la ville et ses quartiers l’amène à explorer la forme déambulatoire visant à surprendre les habitants dans leur cadre quotidien. Le mouvement apporte au projet une autre visibilité et de nouveaux possibles : occupation de différents endroits au cours d’une même représentation. Selon les lieux et les partenariats possibles, la
compagnie envisage d’investir des habitations privées par le biais d’interventions aux fenêtres et aux balcons, des espaces incongrus (bar, cour, hall d’immeuble…) et d’intégrer au maximum à son esthétique le mobilier urbain.

Lire la suite

LA TEMPÊTE HOMEMADE

Pourquoi la tempête ?

J’ai vu La Tempête , dans la mise en scène de Peter Brook aux Bouffes du nord en 1989. J’avais 15 ans. C’est ce spectacle qui m’a donné envie de devenir comédien et metteur en scène, et cette conception du théâtre, la magie de « l’espace vide » si cher à Brook, et rarement aussi clairement incarnée que dans cette mise en scène, qui a façonné la mienne.

Et lorsqu’il s’est agi de choisir le texte de notre prochaine création, que nous imaginions d’avantage tournée vers les arts de la rue, «La tempête» s’est imposée d’elle‐même.

Pour cette cinquième création, « La tempête Homemade » marque un changement dans la continuité. Se rapprocher des arts de la rue, certes, mais sans oublier ce qui fait notre force et notre spécificité : Le respect du texte, de la langue de Shakespeare, et de sa poésie complexe. Lire la suite

LE CID B-SIDE

Pourquoi le Cid ?

Le Cid. Bien sûr. S’atteler au patrimoine classique, alors l’incontournable. Celui que l’on connaît sans le savoir, une citation célèbre par scène, celui que l’on a sans doute étudié, appris par coeur, oublié… Le Cid. Pour l’histoire foisonnante, la force des émotions, la grandeur des personnages. Pour le sublime et le grandiose, toujours.

Le Cid pour le bruit et le fracas : trop d’événements, trop de lieux, en trop peu de temps, qui lui vaudront une controverse en 1637 pour manque de « vraisemblance ». Pour Tout le monde dehors !, cette entorse au classicisme est une chance : la rue nous paraît parfaite pour accueillir ce tumulte et déverser l’énergie de l’intrigue dans la démesure d’un espace ouvert. Et toujours frotter les alexandrins au quotidien pour les rendre audibles.

Le Cid. Aux échos évidents dans notre actualité. Dans chaque faits divers mettant en cause l’oppression de la jeunesse, des femmes notamment, par des « pères » aux traditions pesantes, vétustes, écrasantes. Mortifères. Une problématique bien réelle et contemporaine. Et encore un argument pour la rue et son rapport immédiat, spontané, avec un public le plus large possible. Lire la suite

HAMLET UNPLUGGED

La mise en scène

Pourquoi choisir de monter Hamlet pour la rue? Qu’est-ce qui, chez Hamlet, parle à tout le monde et pas seulement à celui qui fait la démarche d’aller le voir dans une salle de théâtre? Hamlet est une pièce réputée difficile, intellectuelle, presque cryptée. Qu’est-ce qui alors peut la rendre accessible à tous?

Notre conviction est qu’ Hamlet est certes une tragédie, mais une tragédie tournée vers la vie. Ce qui porte Hamlet, c’est l’espoir déçu, bien plus que le désespoir conforté, et c’est ce que notre mise en scène veut mettre en avant. Il s’agit avant tout pour nous, d’amener ces personnages à nous émouvoir, à toucher nos âmes et pas seulement nos esprits, en un mot, de les rendre humains. Lire la suite

ANDROMAQUE QUARTETT

La mise en scene

Monter Andromaque en théâtre de rue est une forte intention de mise en scène en soi. Il faut se demander ce qui dans cette œuvre peut résonner dans la rue. Or la rue, c’est la vie. De tous, de chacun, les cœurs qui battent et les pieds qui martèlent. Si Bérénice (le premier projet de la compagnie) est une tragédie dont l’intrigue choisit la vie, Andromaque est beaucoup plus sanglante. Alors ?

Alors Andromaque est une pièce de palpitations, malgré sa fin éminemment tragique, une vie extraordinaire coule dans la vivacité de ses répliques, des rapports humains en présence et de la situation : il y a bien urgence de vivre, il faut sauver une vie : Astyanax. Cette urgence de vivre est celle-là même des personnages de la commedia dell’arte. Dès lors faire descendre Andromaque dans la rue semble presque tomber sous le sens ! Et un certain nombre d’éléments de la pièce ont conforté cette idée. Lire la suite

BERENICE PROJECT

Puisque vous ne venez plus au texte, c’est le texte qui viendra à vous

Le projet tient de l’évidence. Pour retrouver un public loin des salles de théâtre, loin d’un Racine jugé scolaire, loin du classique versifié préjugé incompréhensible, il faut aller vers lui. Aujourd’hui la culture vient vers vous, il n’y a plus beaucoup d’efforts à faire : allumer la télé, rester chez soi pour regarder des films… Mais finalement n’avoir accès qu’à une culture organisée, consommable et prête-à-ingérer.

A nous de venir bousculer les protocoles, redescendre dans la rue, comme beaucoup, mais avec à cœur l’idéalisme de la culture pour tous. Toute la culture pour tous.
Racine parce que… c’est beau, simple et grandiose. Plus personne n’ose le grandiose. Pour les émotions fortes, vibrantes et rares. Donner à entendre avec les yeux à un moment incongru, fortuit, volé, cette langue riche et pure. Simple. Mais qui effraie de ses alexandrins. Lire la suite